dimanche 24 janvier 2010

AMOUR A COURRE

La reposée

Il est mon tout petit
Imberbe et mon si frêle
Que, dans mes grandes ailes,
Le crois calme et blotti ;
Dessous ma chair confite,
Il s'abrite et se glisse.
Il dort entre mes cuisses
A l'ombre de ma bite.

La billebaude

Ivre de procéder
A mes tourments de mâle
Sa chaleur jeune et pâle,
Il les sent bien céder
Contre sa peau vaincue
Dont le don point ne cesse.
Moi je dors sur ses fesses
Au calme de son cul.

L'empaume

Alors il me possède
Moi son grand bétail fauve
Et me voilà son pauvre
Joujou de Diomède.
De ma toison recuite
S'est fait une pelisse.
Il veille entre mes cuisses
En maître de ma bite.

L'hallali

Mes désirs se ravivent.
Feignant de se soumettre,
La pièce qui le fit naître
Il tranche à l'incisive.
Sa monture déchue
Faudra qu'il la dépèce.
Je gis entre ses fesses
A merci de son cul.

La curée

Il est mon grand veneur,
Il rassasie ses faims,
Se revanche et me vainc,
Il dépouille mon coeur
En fait sa proie. Un rite
Tend mon vit à son calice!
Il fouit entre mes cuisses
En dévorant ma bite.

Aucun commentaire:

Et moi, et moi, et moi!

Ma photo
Paris, Ile-de-France, France
Aède érotomane, mélancolique et blagueur.

MON MAIL

Membres