mardi 2 décembre 2008

LE CALIBRE CHARMANT

Si vous voyiez, Messieurs, le vit de mon amant
Vous iriez épanchant par tous vos orifices
Une mouille profuse, émolliente cyprine
Propre à lubrifier par son intime onction
Les lieux de vos désirs. Car sachez-le sa pine
Lorsqu'elle est en repos atteint la proportion,
Alléchante à mon goût, d'une belle aubergine.
C'est assez suggérer du zob qu'avec délices
Il inflige à mon fion le calibre charmant.

Aucun commentaire:

Et moi, et moi, et moi!

Ma photo
Paris, Ile-de-France, France
Aède érotomane, mélancolique et blagueur.

MON MAIL

Membres