mardi 2 décembre 2008

SERREES HALLES

Le grain d'orge fécond dans les greniers dodus
Sentait confusément approcher la misère,
Et l'avoine prospère au fond de la resserre
Faisait un cauchemar plein d'entrepôts perdus.

Sur ce simple soupçon, dès que l'inquiétude eut
Fiché son étendard triomphal et austère
Dans l'économe cœur où Cérès a sa terre,
Un chacun s’alarma de crainte qu’on ne dût

Céder aux restrictions d'une stricte disette,
Aux drastiques sanctions d'une astreignante diète.
La peur de la famine est à ces céréales

Archiconsubstantielle et toute pénurie
Suscite leur fureur et farouche furie.
Leur grain se plaît blotti en d’archiserrées halles.

Aucun commentaire:

Et moi, et moi, et moi!

Ma photo
Paris, Ile-de-France, France
Aède érotomane, mélancolique et blagueur.

MON MAIL

Membres