mardi 2 décembre 2008

SONNET DES CHIBRES

Moi je n'aime rien tant qu'un sexe qu'on dénude.
Je ne dédaigne point les vigoureux engins
Que m'offrent au désert d'appétissants Bédouins.
Quant aux zobs circoncis des lecteurs du Talmud

J'en goûte la saveur ainsi que l'amplitude.
Le chibre percutant d'un artilleur prussien
Aux désirs impatients est l'objet de mon soin.
Qu'un Ouzbek à moustache au poitrail large et rude

Vienne à m'offrir son manche et j'en fais mon affaire.
Je pris bien du plaisir à engloutir hier
Le paf tiède et noir d'un géant malabar

Et d'un prince mongol le torride phallus.
Et vous, mâles du Pôle et de Madagascar,
Que ne venez-vous çà me colmater l'anus?

Aucun commentaire:

Et moi, et moi, et moi!

Ma photo
Paris, Ile-de-France, France
Aède érotomane, mélancolique et blagueur.

MON MAIL

Membres